Accueil A la Une Le SAMU Social à la prison centrale de Libreville

Le SAMU Social à la prison centrale de Libreville

395
0

Libreville, le 6 juillet 2018 (Gabon-Infos.ga), le SAMU social de Libreville a lancé officiellement vendredi une opération de consultations à la prison Centrale de Libreville. Plus de 300 personnes détenues ont été examinés. Une opération qui a permis de déceler plusieurs affections dont souffrent nos compatriotes privés de leurs droits.

Débuté il y a trois semaines, le SAMU social de Libreville avait déjà consulté près d’une centaine de prisonniers.  C’est le ministre de la justice Anicet Mboumbou qui a présidé la cérémonie officielle.

« Nous sommes retrouvés avec les responsables du SAMU social avec lesquelles nous nous sommes retrouvés avec promptitude. Nous avons préparé leur arrivée parce que nous pensions que c’était l’unique possibilité compte tenue des situations financières  drastiques que connait notre pays  aujourd’hui, il n’était pas possible d’offrir aux détenus une consultation gratuite le SAMU s’est porté disponible à porter disponible. Il a déployé tout les moyens en sa possession pour que cette journée soit une réussite. Je viens de visiter ces détenus qui se sont fait consulter depuis ce matin. Et, je me rends compte que c’est une excellente opération. Nous souhaitons quelle perdure dans le temps. Pour l’instant nous allons faire en sorte que cette opération se fasse une fois par semaine. Nous verrons au fur et à mesure si nous ne pouvons pas augmenter le nombre de prestations ».

Quant au directeur général du SAMU Gabon : « C’est une première au Gabon dans le temps. Lez Gabon est en avant-garde au niveau des droits de l’homme. Bien en prison certes, on n’est pas un paria de la société. L’Etat fait en sorte que nos parents qui sont en prison ne soient pas en marge de la  société ».

Répondant à la question liée à la lenteur des procédures pour le cas des prévenus, le ministre a regretté cette situation.

« C’est une préoccupation constante du gouvernement. Vous savez que nous avons été paralysés par la grève des magistrats ensuite celle des greffiers ce qui a fait en sorte que les prisonniers ne soient pas jugés. Le premier ministre m’a instruit d’organiser des sessions criminelles spéciales sur toute l’étendue du territoire pour que ca permettra de condamner ceux qui doivent l’être et libérer ceux qui ont déjà passé plus de temps ici. Nous avons tenu des audiences foraines. Certains détenus ont été élargi et d’autre condamner ».

Le ministre a promis la mise sur pieds d’un listing d’enrôlement des détenus, pour qu’ils bénéficient des prestations de la Caisse Nationale d’assurance Maladie et de garantie Sociale (CNAMGS)

« Nous prendrons des dispositions pour qu’un fichier soit transmis à la CNAMGS. Ce sont des gabonais à, part entière ».

Le coordonnateur  général nous a confié être heureux que les détenus eux aussi bénéficient d’une telle prestation.

« C’est une activité inédite. C’est pour la première fois dans notre pays que l’on vient soigner des détenus dans les prisons à travers  des soins de masse. C’est la troisième semaine et nous avons déjà soigné 92 personnes. Aujourd’hui nous avons 300 détenus que nous allons soigner. Et je tiens les plus hautes autorités qui ont permis au SAMU en 11 mois d’existence de soigner 50.000 personnes », a indiqué Wenceslas Yaba Coordonnateur général du SAMU Social Gabonais.

 

 

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Or
Please enter your comment!
Please enter your name here