Accueil A la Une Gabon:  Un premier frémissement sur la situation administrative des enseignants et chercheurs

Gabon:  Un premier frémissement sur la situation administrative des enseignants et chercheurs

165
0
Moukagni Iwangou, ministre de l’enseignement supérieur

Le Ministre de l’enseignement Supérieur Jean De Dieu Moukagni Iwangou a reçu à son cabinet, tous les syndicats de l’enseignement supérieur dont la FRAPES, SNEC, et la Mutuelle des étudiants, pour débattre des problèmes qui fragilisent l’enseignement au Gabon.

Depuis plusieurs années notre système éducatif est englué par les grèves répétées et mettant ainsi en mal l’avenir de nos enfants.

En effet, cette rencontre a planché sur la situation administrative des enseignants du supérieur. Il était question de débattre sur les questions de l’heure qui sont à l’origine des constipations de notre système éducatif, il s’agit des intégrations, des reclassements et des retraites.

“En ce qui me concerne j’ai des enseignants qu’ils faut intégrer à la fonction publique, des enseignants qui exercent depuis 5 à 6 ans et peut-être un peu plus, des enseignants parfaitement diplômés”, a indiqué le ministre Jean De Dieu Iwangou.

Pour le président de la Force de Réflexion et d’Action Pour l’Enseignement Supérieur (FRAPES), Mapangou Dacharly, c’est 67 dossiers sur 212 qui sont en cours d’intégration à la fonction publique. Il reste encore 145 dossiers a traité. Car pour l’instant ces dossiers restent sans suite. Mais pour le ministre ce n’est qu’une première phase.

Par contre, le président de la FRAPES a souligné le point du reclassement qui est même à l’origine du mouvement de grève qui fait blocus dans les universités et dans les grandes écoles n’a pas été abordé en profondeur, le point a été survolé selon lui. Le point sur les retraites a connu également le même traitement.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Or
Please enter your comment!
Please enter your name here